Author Archive

Une année qui s’enfuit

 

Il y a des année qui posent des questions et d’autres qui y répondent

Nora Neale Hurston

 *

Parce qu’une autre prend sa place, tout doucement…

Elle fait grand tapage, fait parler d’elle et nous prévient !

Pour certains, elle deviendra celle du renouveau, d’un départ du point zéro pour grimper plus haut, plus loin…

Et puis pour d’autres, elle sera peut-être le point culminant d’un projet, d’un oeil plus attentif…

Et puis il y en a qui se poseront dans le calme pour méditer, se retrouver…

Et pour ceux qui rêvent de partir, de quitter leur port d’attache, tous les bateaux et les oiseaux du Conquet…

Mais surtout pour vous tous des souhaits de douces journées, d’un temps qui passe pour vous apporter de nouveaux souvenirs….

Je vous embrasse très fort, à lundi et surtout n’oubliez jamais, rien sans amour…

Category: JOURNAL  5 Comments
Se faire un chemin

 

A mon avis, les jours les plus agréables et les plus doux sont ceux qui n’offrent rien d’extraordinaires, de merveilleux où d’excitants ; ceux qui apportent de petits plaisirs tous simples qui glissent doucement, l’un après l’autre comme des perles sur une ficelle…

Lucie Maud Montgomery, Shirley dans Anne la Maison aux pignons verts

J’espère que vous ne vous n’êtes pas imaginés qu’un Simorgh un peu absent pouvait s’enfuir à tire d’aile  !

L’oiseau est fragile mais comme son congénère le Phénix, il  ne meurt jamais très longtemps et comme le roseau, il plie mais ne rompt pas…

Pour de vrai, pas pour de faux, retrouver les commandes du bateau après si longtemps, vos yeux et mes mots, juste pour le plaisir !

Je vous embrasse très fort….

PS  - Mon flux s’est caché quelque part, pas sous mon thème mais ailleurs et c’est très compliqué, alors il attendra un petit peu, même si pour vous c’est moins pratique :)

Category: JOURNAL  2 Comments
Ne pas contrer le courant

 

J’attends depuis longtemps le moment propice où la bonne élève que j’aimerai devenir sache se tenir debout toute seule

 

C’est  une envie mêlée de curiosité qui me fit ouvrir ce blog un 3 mars 2009…

Pour dire, pour écouter aussi et laisser passer un peu de lumière, j’ai réussi à entrouvrir une petite lucarne qui au fil du temps est devenue fenêtre !

Donner de soi sans mensonge, sans trop jouer à enjoliver peut devenir une tâche difficile.

Et pourtant sans me venter, même en jouant avec le bleu pour qu’il devienne grisé où le rouge pour qu’il rosisse un peu, je me suis offerte une couleur véritable, celle de la sincérité !

En lisant, en vous lisant j’ai eu quelques fois la tentation de changer de rythme, d’aller dans le sens de chacun pour faire plaisir tout simplement…

C’est un exercice bien périlleux que de vouloir se laisser influencer, on revient toujours à ces anciennes amours !

Rester soi même est à la mode, mais être soi est une autre affaire.

J’ai eu et j’ai souvent peur de décevoir, peur que l’on ne me comprenne pas, peur de trop de tout à la fois ; de passer pour celle que je ne suis pas,  de prendre le grave avec légèreté et le doux avec trop  de sérieux.

 J’ai compris en  me l’avouant  tout doucement à l’oreille, que je suis A contre courant !

 Je crois faire partie d’un club un peu fermé de ceux que je pourrais nommer les minorités invisibles….

 Je suis comme dans la bulle du Buveur de temps de Delerm,  j’observe la vie à ma façon, sans faire de bruit et en ne piochant que ce qui m’émeut, me fortifie, me fait grandir !

J’aime les flèches qui me vont droit au coeur, sans me faire mal…

Le contre courant me fait aujourd’hui sauter des barrières et courir plus vite, il ne me fait plus peur, bien au contraire et tout cela grâce à ce petit coin bien tranquille, ce Rêves du Simorgh qui m’a bien manqué depuis ces quelques mois et aussi à cette petite maison de vos blogs !

Vos petits espaces sont tous tellement différents, pas un qui ne se ressemblent, des portes et des fenêtres aussi qui s’ouvrent, qui se ferment…

Je reviens mais en restant encore et toujours celle que je suis, la fille à contre courant qui ne vous  parlera pas  des choses à la mode, mais qui veut juste partager des émotions hors des couleurs du temps…

Je vous embrasse et comme vous le devinerez, jamais rien sans amour !

Category: JOURNAL  6 Comments
Une année de plus !

Vous pouvez avoir tout ce que vous voulez si vous le voulez assez intensément.

Vous devez le vouloir avec une exubérance qui émane de vous et va se fusionner avec l’énergie qui a créé le monde.

Sheila Graham

L’énergie, je vous la souhaite vive et douce, langoureuse et intrépide, sautant les barrières et les falaises !

Devenez faiseurs d’idées, empêcheurs de tourner en rond, n’hésitez plus à vous lancer dans la lumière…

Si deux mille fois quatorze  ne peut se compter sur les doigts, chaque minute, chaque jour mérite bien qu’on s’y attarde !

Je vous souhaite une année inventive comme déjà vous savez le faire si bien, honorez de tout votre amour vos proches et vos amis, et n’oubliez jamais que rien sans amour…

Je vous embrasse fort comme ce vent du Finistère qui me pousse à vous rejoindre à nouveau, qui me donne cette énergie que je vous offre en retour !

Category: ODE AUX AMIS  7 Comments
La Force est avec moi

Des feuilles d’automne tombant d’un arbre, puis un arbre dépouillé de toutes ses feuilles me furent montrés, j’entends les mots :


Ne t’inquiète pas. La force de vie est à l’intérieur, et de cette force de vie surgira le nouveau. Sache que l’ancien doit mourir afin que le nouveau puisse naître.

Eileen Caddy

Un simple petit livre, quelques lignes éparpillées au jour le jour,et je me laisse couler au travers des mots.

Eileen m’a dit de ne pas m’inquiéter et je me dois de l’écouter !

Quelques mois en retrait pour entendre d’autres voix, pour essayer de percer le mystère de ma mélancolie et surtout un grand besoin de silence pour approcher au mieux les soucis amoncelés…

Ne plus arriver à faire le trie dans les pensées, juste essayer de faire au mieux de l’autre côté.

Les petits miracles de la vie où une bonne fée, je ne sais pas trop, ont bien voulu m’aider et une bien jolie clarté s’est approchée de moi !

  Combien de fois vous ais-je conté l’Automne, la saison de mon coeur, je ne compte même plus :)

L’arbre de vie est redevenu mon ami et mon âme est légère…

Presque en cachette, j’ai lu vos billets et je sais tout de vous !

Le temps n’aura duré que quelques minutes, les mois sont devenus des secondes, j’ai enfin réussi à modifier les horloges ; j’ai envie de courir un peu, mais pas trop vite, pour raconter tout ce que mes rêves m’ont appris !

Mes ailes repoussent et j’ai envie de parler, de partager à nouveau, de mettre un peu de sel et de sucre dans mes idées et de voyager avec vous…

Dans le tableau de Carl Spitzweg, le Botaniste, j’aperçois comme une ode à la fin d’une saison, le glissement vers une autre douceur; tourner le dos à ce qui n’est plus, pour découvrir ce qui est, l’ancien pour le nouveau comme dit Eileen !

Se sentir pousser par une force qui arrive de nulle part, c’est ce qu’il m’arrive et j’espère que l’Automne pour vous aussi ne sera jamais monotone :)

Je vous souhaite une jolie journée, brouillard  et fine pluie ne doivent pas faire peur surtout que jamais rien sans amour…

Je vous embrasse !