Archive for the Category »JOURNAL «

Une année qui s’enfuit

 

Il y a des année qui posent des questions et d’autres qui y répondent

Nora Neale Hurston

 *

Parce qu’une autre prend sa place, tout doucement…

Elle fait grand tapage, fait parler d’elle et nous prévient !

Pour certains, elle deviendra celle du renouveau, d’un départ du point zéro pour grimper plus haut, plus loin…

Et puis pour d’autres, elle sera peut-être le point culminant d’un projet, d’un oeil plus attentif…

Et puis il y en a qui se poseront dans le calme pour méditer, se retrouver…

Et pour ceux qui rêvent de partir, de quitter leur port d’attache, tous les bateaux et les oiseaux du Conquet…

Mais surtout pour vous tous des souhaits de douces journées, d’un temps qui passe pour vous apporter de nouveaux souvenirs….

Je vous embrasse très fort, à lundi et surtout n’oubliez jamais, rien sans amour…

Category: JOURNAL  5 Comments
Se faire un chemin

 

A mon avis, les jours les plus agréables et les plus doux sont ceux qui n’offrent rien d’extraordinaires, de merveilleux où d’excitants ; ceux qui apportent de petits plaisirs tous simples qui glissent doucement, l’un après l’autre comme des perles sur une ficelle…

Lucie Maud Montgomery, Shirley dans Anne la Maison aux pignons verts

J’espère que vous ne vous n’êtes pas imaginés qu’un Simorgh un peu absent pouvait s’enfuir à tire d’aile  !

L’oiseau est fragile mais comme son congénère le Phénix, il  ne meurt jamais très longtemps et comme le roseau, il plie mais ne rompt pas…

Pour de vrai, pas pour de faux, retrouver les commandes du bateau après si longtemps, vos yeux et mes mots, juste pour le plaisir !

Je vous embrasse très fort….

PS  - Mon flux s’est caché quelque part, pas sous mon thème mais ailleurs et c’est très compliqué, alors il attendra un petit peu, même si pour vous c’est moins pratique :)

Category: JOURNAL  2 Comments
Ne pas contrer le courant

 

J’attends depuis longtemps le moment propice où la bonne élève que j’aimerai devenir sache se tenir debout toute seule

 

C’est  une envie mêlée de curiosité qui me fit ouvrir ce blog un 3 mars 2009…

Pour dire, pour écouter aussi et laisser passer un peu de lumière, j’ai réussi à entrouvrir une petite lucarne qui au fil du temps est devenue fenêtre !

Donner de soi sans mensonge, sans trop jouer à enjoliver peut devenir une tâche difficile.

Et pourtant sans me venter, même en jouant avec le bleu pour qu’il devienne grisé où le rouge pour qu’il rosisse un peu, je me suis offerte une couleur véritable, celle de la sincérité !

En lisant, en vous lisant j’ai eu quelques fois la tentation de changer de rythme, d’aller dans le sens de chacun pour faire plaisir tout simplement…

C’est un exercice bien périlleux que de vouloir se laisser influencer, on revient toujours à ces anciennes amours !

Rester soi même est à la mode, mais être soi est une autre affaire.

J’ai eu et j’ai souvent peur de décevoir, peur que l’on ne me comprenne pas, peur de trop de tout à la fois ; de passer pour celle que je ne suis pas,  de prendre le grave avec légèreté et le doux avec trop  de sérieux.

 J’ai compris en  me l’avouant  tout doucement à l’oreille, que je suis A contre courant !

 Je crois faire partie d’un club un peu fermé de ceux que je pourrais nommer les minorités invisibles….

 Je suis comme dans la bulle du Buveur de temps de Delerm,  j’observe la vie à ma façon, sans faire de bruit et en ne piochant que ce qui m’émeut, me fortifie, me fait grandir !

J’aime les flèches qui me vont droit au coeur, sans me faire mal…

Le contre courant me fait aujourd’hui sauter des barrières et courir plus vite, il ne me fait plus peur, bien au contraire et tout cela grâce à ce petit coin bien tranquille, ce Rêves du Simorgh qui m’a bien manqué depuis ces quelques mois et aussi à cette petite maison de vos blogs !

Vos petits espaces sont tous tellement différents, pas un qui ne se ressemblent, des portes et des fenêtres aussi qui s’ouvrent, qui se ferment…

Je reviens mais en restant encore et toujours celle que je suis, la fille à contre courant qui ne vous  parlera pas  des choses à la mode, mais qui veut juste partager des émotions hors des couleurs du temps…

Je vous embrasse et comme vous le devinerez, jamais rien sans amour !

Category: JOURNAL  6 Comments
B comme…

 

Après bien des péripéties et des soucis, j’espère bien repartir du bon pieds, la vie n’est vraiment pas un fleuve tranquille !

Dans quelques minutes, départ pour une semaine dans un pays pas très loin de la France…

 Des envies de revoir la vie en Rose, avec un peu de bleu pour m’apaiser, et puis du vert encore et encore pour espérer !

Dans une semaine, ce sera ma vraie rentrée, enfin…

Je vous envoie des bisous comme Breiz ! J’ai envie de vous dire que vous m’avez manqué, mais ça j’espère que vous vous en doutez !

Et n’oubliez pas, Rien sans amour, je vous donnerais bientôt la clé de cette phrase si chère à mon coeur… A très vite !

Category: JOURNAL  6 Comments
Dorémicadeaux

J’ouvre ma porte. Une invitée magnifique venue de loin fait une entrée majestueuse. Elle a des cadeaux plein les bras : le cadeau d’heures et de moments lumineux, le cadeau des matins et des soirs, le cadeau du printemps et de l’été, le cadeau de l’automne et de l’hiver. Elle a dû fouiller les cieux pour trouver ces faveurs extraordinaires.

Abbie Graham

J’ai reçu un  cadeau il y a quelques semaines, un ouragan même pas emballé !

Une sorte de coup de tête qui ne fait pas mal, un truc que je ne connaissais pas, où alors il y a bien longtemps, peut-être…

Un matin de pluie, et une fenêtre qui s’ouvre, une porte qui se ferme aussi, un jour comme les autres, et pourtant !

Le Cadeau  semblait avoir plusieurs couleurs, et des tiroirs à ouvrir de toutes les tailles. Mes yeux n’essayaient pas d’observer puisqu’il n’y avait rien à voir…

 Mais à sentir, plutôt à ressentir, il y avait mille choses, mille petites fourmis qui desserraient des noeuds qui s’étaient perdus, juste là, au creux de mon estomac. 

Guérir et se sentir plus légère à l’arrivée d’un Cadeau, bizarre, exceptionnel, normal ! J’ai d’abord eu peur, peur que ce bien-être ne soit éphémère, quelques secondes et minutes de répits et puis hop, tout s’efface et redevient comme avant.

 Puis arrive le doute, celui qui se demande si l’on a pas rêvé, pas imaginé, pas pris pour argent comptant quelque chose qui ne vous appartient pas…  Le meilleur moment est celui de l’attente, de l’espoir, temps qui passe trop vite.

Lorsque que l’on est sûr que le Cadeau vous est bien destiné, on devient serein, comme apaisé et c’est ce qu’il m’est arrivée.

C’est peut-être Léon-Paul Fargues qui aurait dit le premier que l’on ne guérit jamais de son enfance et bien d’autres ont suivi.

L’adage prenait tout son sens au fil des ans, au fur et à mesure, mon pas se  faisait moins sûr, toujours ce mouvement de tête vers l’arrière, cette envie de reculer pour avancer ! Mais le passé je viens de l’apprivoiser avec  un voyage dans le temps, à Paris,  sur les traces de mon enfance.

Et derrière la maison presque abandonnée, j’ai vu des fantômes qui ne me faisaient pas peur, tout ceux que j’ai aimé, ceux que j’ai croisé et qui vivaient dans ce coin de paradis.

Ils savent que je ne les oublies pas, qu’ils seront à jamais près de mon coeur, mais qu’il me faut aussi partager tous mes autres instants précieux avec les vivants, près de moi…

Ce Cadeau d’un matin comme les autres, ce truc que je ne comprends toujours pas, je le prends comme la plus belle des récompenses, comme le plus beau présent de ceux qui ne sont plus là.

Il m’ont envoyé via les étoiles un sacré message, une foi que je retrouve en la vie, une force qui m’avait oublié, une envie d’avancer comme jamais…

J’ai une drôle d’impression, je suis moi, mais autrement  !

J’avais besoin de silence depuis quelques semaines, presque une envie de ne plus parler, un besoin de n’être qu’avec moi pour comprendre…

 Après mes déboires de ces derniers mois – j’ai été hacké en règle et deux fois-  je suis retournée sur le tout début de ce blog  puisque j’ai refais chaque billet parce à chaque fois que je remettais les images envolées, le texte disparaissait à son tour !

Refaire le chemin en arrière, ici aussi…

Je ne souhaite à personne ces ennuis, je suis arrivée au bout, mais je suis fatiguée !

En tous cas, une chose est sûre, je me suis ennuyée de vous même si chaque jour je venais vous lire par mon reader google :)

Si vous aussi vous avez reçu des cadeaux de la vie, je ne parle pas de ceux qui vont se trouver au pied du sapin mardi, mais des autres, ces petits trésors qui font que vos jours et vos nuits deviennent plus douces, dites vous bien que sont eux les plus précieux…

Curieusement, en avril 2010 une photo d’Anne-Laure sur son blog m’avait touché et j’avais écris quelques mots puisqu’elle m’avait donné l’autorisation de la publier sur le mien !

Je n’étais pas encore retournée sur ce lieu de mon enfance et pourtant je ne changerai pas une ligne de ce que j’avais écrit, sauf peut-être les chênes, les marronniers et mon grand sapin, disparus pendant la tempête de décembre 99…

Billet “Home sweet home”

Je vous embrasse tous très fort en vous souhaitant une jolie fête de Noêl, dans la simplicité et la joie, rien sans amour ce jour là et tous les autres !

Category: JOURNAL  25 Comments